Day zero

Le 11 Novembre 2015, je prenais un abonnement OVH pour héberger le blog que vous avez sous les yeux.

3 ans plus tard, ce dernier est toujours vide, malgré une ou deux tentatives qui se sont rapidement essoufflées. Pourtant ce ne sont pas les idées qui manquent, mais plus une question de motivation, peut être de timing, et bien sûr de régularité. Ou d’autres excuses de sac, comme j’en ai l’habitude. Je me souviens lorsque j’ai dû payer le début de la 3e année. Pour un site inutilisé : ouch !

Mais je crois que ce qui manque le plus c’est vraiment le temps. Sans temps, la motivation n’a pas de place. Jusqu’à ce qu’elle explose ou qu’elle disparaisse complètement. Mais la partie clé là dedans ce n’est pas le « manque de temps », car bien qu’on ne puisse l’étendre c’est tout de même une ressource dont on dispose, tous de la même manière. Il est clairement plus juste de parler du fait que « l’on ne se donne pas le temps ».

Démarrer aujourd’hui (enfin) ce blog, c’est surtout une épreuve pour lutter contre ce temps qui file, fixer des idées à un instant T, comme des balises, progresser… C’est aussi un journal de bord pour garder une trace de tout cela. Quel sera le résultat ? Un blog tout beau ? Un bloc-note à moitié vide ? Un cahier fini et qu’on abandonne parce qu’il a rempli son rôle ?

Nous verrons bien, et si le cœur vous en dit, je vous invite à me suivre dans mes petites aventures et mes notes de blog pour voir ce que ça donne, et parce que j’ai envie de partager certaines choses avec vous. Car après avoir pris le temps d’y réfléchir posément, je suis entièrement persuadé désormais qu’il faut que je le fasse. Cela m’enrichira forcément et me permettra de vider ces idées qui continuent de tourner dans ma tête depuis si longtemps, et donc consomment énergie et espace de disque dur mental. Et je parle bien d’enrichissement, en suivant la citation de l’artiste Chinois Benjamin dans son artbook « FLASH » : « La création est plus enrichissante que la possession ». Réfléchir, faire, créer, donner, partager, vider son énergie pour la renouveler et ainsi avancer, puis recommencer. Mais chez moi la réflexion peut prendre des années et le verbe « accoucher » d’un projet chez moi prend tout son sens !

J’ai eu la chance de passer nouvel an avec un excellent ami. Nous avons beaucoup parler et beaucoup ri. Nous avons discuter de nos projets, de nos avancées, de nos retards et de nos abandons. Assis confortablement au bar avec un bon verre de rhum, c’était le moment idéal pour discuter de pleins de choses et se poser la question « Et maintenant ? ».

Alors quoi de mieux que le premier jour de l’année pour démarrer définitivement ce blog et vivre l’aventure une fois pour toutes. Dès aujourd’hui, je vais donc faire et créer, en organisant mieux mon temps et en limitant ma réflexion.C’est une sorte de promesse que je me fais à moi-même et devant vous, je laisse tomber la demi-mesure et les grandes réflexions (aussi appeler « se tourner les doigts dans l’arrière train ») et je tente.

Et si je foire cela sera une réponse en soit. L’important c’est de pouvoir démarrer et finir, sinon n’importe quel projet/idée/rêve ne reste jamais rien de plus qu’une lubie qui traine. Si l’envie est là il faut le faire. Et juste le faire. Quel qu’en soit le résultat, on en apprend forcément plus sur soi à la fin.

Quand on fait, il faut toujours finir, même si ce n’est pas parfait.

« Finished not perfect » (Jack Parker)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *